Tsutomu Mizushima, de clown fou à génie

L’industrie de l’animation japonaise a beau être populaire en occident, rares sont les gens qui peuvent en tirer des personnalités. Même les plus fans. Qu’ils soient doubleurs, compositeurs ou pire, réalisateurs ou animateurs, le monde otaku n’est pas encore nerd au point de connaître par cœur les créatifs derrière l’œuvre, là où les fans de BD connaissent leurs auteurs sur le bout de doigts et les cinéphiles savent juger un film rien qu’à sa préproduction, son staff technique ou son casting.  Toutefois, les plus passionnés ont formés des communautés (ou disons-le carrément : des fandoms) autour de fortes personnalités. Les fans de seiyuu se pâment devant chaque nouveau rôle de Tomokazu Sugita ou de Rie Kugimiya, la hype s’intensifie dès qu’Hiroyuki Sawano est annoncé pour une soundtrack, et les fans de sakuga analysent en quelques images le trait de Yoshimichi Kameda. Mais qu’en est-il des réalisateurs ? Si quelques grands noms ressortent, au hasard Shin’ichirô Watanabe, plus récemment Rie Matsumoto, ou encore Tetsurô Araki pour ne citer qu’eux, il y a un truc qui « cloche ». Contrairement aux membres des catégories précédentes dont le talent se mesure dans tous les genres et tons possibles, ces réalisateurs semblent plutôt cantonnés à des types de séries bien particulier, et leur popularité ne va de pair qu’avec des séries « sérieuses », qu’elles soient sombres ou non – Si Watanabe s’est quelque fois aventuré dans la comédie, ce ne sont pas ses meilleurs succès et l’aspect primordial qu’on en retient.

 

Mizushima en promo pour la série Girls & Panzer

Oui, c’est un réalisateur d’anime

 

Subsiste pourtant un trublion à la popularité croissante, mais qui a vu son succès grandir grâce à sa maîtrise de la comédie, qu’elle soit classique ou expérimentale, mais toujours avec le but de faire passer un bon moment et de faire apprécier sa vision du monde qui l’entoure ou qu’il a créé. Cet homme, c’est Tsutomu Mizushima. Je vous propose alors une petite biographie / un speech de découverte du bonhomme. Panzer vor!

Lire la suite

Publicités

[Japan Expo 2015] P.A. Works à Paris ! (Résumé du ‘talk-show’ du 05/07/15)

 

Hello le peuple ! Petit article imprévu à tous les niveaux, puisqu’on va pas parler directement des thèmes habituels (comme si j’avais une cohérence…), puisqu’on va parler de Japan Expo 2015, qui s’est terminée hier, et qu’en plus on va parler d’un petit event qui y a eu lieu sans grand monde soit vraiment au courant (de ce que j’en ai vu). Bon, je vous refais pas de topo sur Japan Expo, c’est grand, c’est bondé, c’est parfois artificiel mais fun et y a vraiment moyen de trouver tout ce qu’on veut même si y a toujours des problèmes par-ci par-là (genre, les prix).

Le dimanche après-midi, sur le stand dédié à la « Ville de Kyoto » (qui était en plus assez grand et visible), se trouvait en fait un petit événement pour les fans d’animes un peu pointus (quoique ?), avec 2 personnes en kimono sur scène. Sauf que ces 2 personnes étaient Kenji Horikawa et Masayuki Yoshihara, à savoir respectivement :

  • le fondateur de P.A. Works, ainsi que producteur de pas mal de leurs séries (True Tears, Hanasaku Iroha, Angel Beats, …)
  • et un animateur notamment d’Higashi No Eden et Ghost in the Shell: Stand Alone Complex, mais surtout réalisateur d’Uchouten Kazoku, la série à laquelle était dédié le panel, mais aussi une partie du stand (avec une exposition de story-boards de la série, et vente de goodies, dont un artbook et aussi une collection complète de ces story-boards)

Et pendant en gros une demi-heure, ils ont parlé de leur rôle dans la production de la série, de la série elle-même, et ont répondu pour cela à une vingtaine de questions, de l’animateur puis du public. Petit débriefing  (fait seulement à partir de ma mémoire) !

A gauche, une PV de la série (en VOSTFR) qui passait en boucle avant le talk. A droi-DEEEEEERP.

 

Lire la suite