Le NHK Best Anime 100, résultats et décryptage

L’année 2017 marquait en théorie les 100 ans de l’animation japonaise, dont les débuts « officiels » de production d’un film animé sont en général placés en 1917. S’il y a encore beaucoup de débat sur le « qui » et le « quand« , l’année est elle assez établie comme celle de sortie des premières productions d’animation japonaise. La plus ancienne encore en bon état étant probablement Nakamura Gatana (même si on connaît l’existence d’autres films de cette époque). 2017 est donc l’occasion parfaite de fêter l’animation japonaise, et de nombreuses organisations jouent le jeu : même Japan Expo va mettre l’accent dessus pour sa 18ème édition. Au Japon, c’est la NHK (télévision publique) qui a lancé fin 2016 un grand concours sous forme de 3 élections populaires : les internautes allaient pouvoir en effet élire, pendant plusieurs mois, leurs chansons d’anime préférées (les fameuses anisongs, devenues une institution du milieu), et surtout leurs animes préférés de toute l’histoire. Ils avaient ainsi accès à une base de données avec toutes les séries, les films, les OVA, etc. pour pouvoir faire leur choix.

 

 

Curieux des résultats ? Ils ont été annoncés ce 3 mai au Japon (pour les animes ; le top des chansons avait été annoncé plus tôt), dans une émission spéciale de la NHK en prime-time d’une durée de 3 heures, un mercredi soir : excusez du peu ! Les voici en abrégé, avec une tentative d’explication de texte. Bonne lecture.

 

Déjà, quelques considérations d’entrée pour bien comprendre le système et les résultats :

  • Pour les chansons, les votants avaient accès à tous les génériques enregistrés dans la base de données, cela comprend donc des génériques de film, d’OVA, et de séries TV, mais aussi d’autres thèmes. Par exemple, pour le film Your Name, on trouve les 4 thèmes des RADWIMPS inclus dans la durée du film, génériques ou non (Sparkle, Nandemonai ya, Yume Tôrô et Zen Zen Zense). Pour Berserk, le fameux thème FORCES était aussi disponible bien que jamais utilisé en générique. Je ne sais pas parfaitement comment les choix ont été faits, mais dites-vous que la plupart des animes « à musiques » (insert songs, chansons d’idols) avaient beaucoup, beaucoup de choix disponibles.
  • Pour les séries, à peu près tous les animes existants pouvaient être choisis, tant qu’ils étaient sortis avant l’hiver 2017. Les votants avaient alors 3 mois pour attribuer des votes à leurs séries préférées en les cherchant dans le moteur du site web, comme pour les chansons.
  • Il faut bien comprendre que comme tout classement du genre, il s’agit d’un vote de popularité, pas d’un sondage ou d’une consultation se voulant exhaustive. Par conséquent, les séries mises en valeur seront forcément des séries populaires, mais avec un minimum de succès critique selon leur profil. Je vais justement tenter de détailler un petit peu le profil des séries évoquées et leur fandom japonais, car il n’est pas nécessairement intuitif ou identique aux occidentaux !
  • Puisque tous les types d’anime sont séparés, les saisons également : une série avec 2 saisons et un film aura par conséquent 3 entrées. Une franchise comme Idolm@ster se retrouve ainsi avec 7 entrées (la première série, son film, Puchimas, Cinderella Girls saisons 1 et 2, Xenoglossia et son special). Histoire de ne pas me répéter, deux (ou plus) saisons/versions d’une franchise seront groupées dans mes explications si elles sont raisonnablement proches au classement.
  • Comme toujours dans des classements comme ceux-là, les séries récentes sont favorisées : parmi le public actif sur le net, et donc votant, les séries récentes seront par nature plus populaires. Sur ce point, les résultats sont « faussés », même si cela retranscrit un avis générationnel, et que l’événement a tout de même eu pas mal de publicité (c’est la NHK, quand même).
  • 3 votes étaient autorisés par personne (comprendre : par adresse IP, donc par appareil) pour chaque classement… par jour.

 

Évidemment, certains résultats vont vous surprendre, et c’est un peu le but de la manœuvre pour moi : essayer de comprendre ces votes et leurs raisons, au-delà de « cette série est populaire ». Les communautés de fans d’anime au Japon sont souvent très vocales et actives sur les séries qu’elles aiment, et c’est évidemment transcrit par la profusion incroyable d’œuvres doujin, visible au Comiket comme ailleurs. Il est à noter aussi que le site officiel possède également des classements séparés par genre, il est donc possible de voir quels fandoms s’expriment pour certaines séries, féminins ou masculins (ou les 2 !). Souvent, les séries au plus de succès critique sont plébiscitées peu importe le genre. Mais trêve de considérations, passons tout de suite au classement !


Best AniSon 100

Votes enregistrés entre mi-décembre 2016 et mi-février 2017. Voici les 30 premiers du classement :

  1. μ’s Snow halation   (Love Live! S2 ED3)
  2. μ’s Bokutachi wa Hitotsu no Hikari (Love Live! The School Idol Movie ED)
  3. UNISON SQUARE GARDEN – Orion wo Nazoru (TIGER & BUNNY OP1)
  4. Dean Fujioka – History Maker (Yuuri!!! on ICE OP)
  5. Kôji Wada – Butter-fly (Digimon Adventure OP)
  6. fripSide – only my railgun (A Certain Scientific Railgun OP1)
  7. Maaya Sakamoto – Platinum (Card Captor Sakura OP3)
  8. Yôko Takahashi – Zankoku na Tenshi no These (Neon Genesis Evangelion OP)
  9. UNISON SQUARE GARDEN – Sugar song to Bitterstep (Kekkai Sensen ED)
  10. KAT-TUN – TRAGEDY (Kindaichi Case Files Returns S2 ED2)
  11. ClariS – Connect (Puella Magi Madoka Magica OP)
  12. supercell – Kimi no Shiranai Monogatari (Bakemonogatari ED)
  13. ST☆RISHMaji LOVE 1000% (Uta no Prince-sama Maji LOVE 1000% OP1)
  14. 765PRO ALLSTARSM@STERPIECE (The iDOLM@STER Movie Insert song)
  15. Linked Horizon – Guren no Yumiya (Shingeki no Kyojin OP1)
  16. Isao Sasaki – Uchû Senkan Yamato (Uchû Senkan Yamato (1974) OP)
  17. Aya Hirano, Minori Chihara, & Yuko GotoHare Hare Yukai (Suzumiya Haruhi no Yûutsu ED)
  18. ENOZ God knows… (Suzumiya Haruhi no Yûtsu Insert song)
  19. May’n & Megumi Nakajima – Lion (Macross Frontier OP2)
  20. Petit Rabbit’sDaydream café (Gochûmon wa Usagi desu ka? OP)
  21. µ’s – Sore wa Bokutachi no Kiseki (Love Live! OP)
  22. Rica Matsumoto – Mezase Pokémon Master (Pokémon OP1)
  23. μ’s – Aishiteru Banzai! (Love Live! Insert song)
  24. μ’s – Angelic Angel (Love Live! The School Idol Movie Insert song)
  25. μ’s – SUNNY DAY SONG (Love Live! The School Idol Movie Insert song)
  26. V6 – CHANGE THE WORLD (InuYasha OP1)
  27. Nana Mizuki – ETERNAL BLAZE (Mahô Shôjo Lyrical Nanoha A’s OP)
  28. TM NETWORK – Get Wild (City Hunter ED)
  29. Yoshino Nanjô – Zero Ichi Kiseki (Netoge no Yome wa Onnanoko ja Nai to Omotta? ED)
  30. Gumi – Catch You Catch Me (Card Captor Sakura OP1)

 

Le top 10 en compilation vidéo

Quelques constats immédiats :

  • En terme de générations, c’est très varié… à partir des années 90. Le plus vieux représentant est le générique de Yamato, puis vient City Hunter, ensuite quelques génériques des années 90 et après, 2 choix : une moitié est très récente (genre, post-2012), l’autre est éparpillée dans les années précédentes.
  • Comme prévu, les chansons de certaines franchises d’idols et autres séries très récentes se démarquent. Love Live confirme son statut de franchise la plus populaire des années 2010 sur ce plan-là (avec 6 chansons dans le top 30 !), et le fait que les chansons soient exploitées à l’origine dans un jeu vidéo musical ne fait que renforcer leur popularité. Même chose pour des séries très populaires de base, dont le générique est porté par la popularité de la série (Shingeki no Kyojin, Yuuri on Ice)
  • On peut aussi facilement constater (et vous le savez si vous suiviez mes classements de ventes de génériques) que la popularité vient pour beaucoup des artistes ou groupes : les groupes super populaires comme UNISON SQUARE GARDEN sont présents, les superstars de la chanson ou du doublage comme Nana Mizuki et Maaya Sakamoto, ou les idols et boys bands fabriqués par l’industrie musicale (KAT-TUN, etc).
  • On retrouve également les premiers succès d’artistes (provenant parfois de NicoNico, c’est-à-dire révélés par leurs performances sur le net) devenus gros au fil des années 2000 et 2010, comme fripSide, ClariS ou supercell.

La position au classement est donc un subtil mélange de popularité de la série, popularité de l’interprète, qualité musicale et facteur « marquant dans les esprits » dans la durée. Voici les résultats de quelques pistes plus connues en Occident (et qui ne sont pas là « juste par leurs fandoms », si possible), à titre indicatif, en sachant que les 300 premiers du classement sont disponibles :

  • 41ème : Masami Okui – Rinpu Revolution (Utena OP)
  • 44ème : Pornograffiti – Melissa (Fullmetal Alchemist OP1)
  • 46ème : Isao Sasaki – THE GALAXY EXPRESS 999 (Galaxy Express 999 OP)
  • 50ème : Hiroshi Kitadani – We Are! (One Piece OP1)
  • 52ème : LiSa – crossing field (Sword Art Online OP1)
  • 53ème : Kalafina – Magia (Puella Magi Madoka Magica ED)
  • 58ème : LiSa – oath sign (Fate/Zero OP1)
  • 62ème : Girls Dead Monster feat. LiSAIchiban no Takaramono (Yui final ver.) (Angel Beats ED2)
  • 67ème : Shôko Nakagawa – Sorairo Days (Tengen Toppa Gurren Lagann OP)
  • 74ème : LiSa – Shirushi (Sword Art Online II ED3)
  • 75ème : May’n – Diamond Crevasse (Macross Frontier ED1)
  • 80ème : FLOW – Colors (Code Geass OP1)
  • 86ème : Ritsuko OkazakiFor Fruits Basket (Fruits Basket OP)
  • 89ème : Miho Morikawa – Blue Water (Nadia OP)
  • 96ème : JAM Project – THE HERO!! (One-Punch Man OP)
  • 98ème : Yuki Matsuoka, Maho Dou, Chiemi Chiba, Tomoko AkiyaOjamajo Carnival (Ojamajo Doremi OP)
  • 102ème : Sakurakô Keion-bu – Tenshi ni Fureta yo (K-On!! Insert song)
  • 103ème : Sakurakô Keion-buDon’t say lazy (K-On! ED)
  • 113ème : BUMP OF CHICKEN – Hello, world (Kekkai Sensen OP)
  • 119ème : Hidenori Chiwata Kasabuta (Zatch Bell OP1)
  • 124ème : MOB CHOIR – 99 (Mob Psycho 100 OP)
  • 129ème : RADWIMPS – Zen Zen Zense (Your Name Insert song)
  • 133ème : Goose House – Hikaru Nara (Shigatsu wa Kimi no Uso OP1)
  • 140ème : Itô Kanako – Hacking to the gate (Steins;Gate OP)
  • 141ème : TOMMY – JoJo ~ Sono chi no Sadame (JoJo’s Bizarre Adventure (2012) OP1)
  • 144ème : EGOIST – The Everlasting Guilty Crown (Guilty Crown OP2)
  • 153ème : Kana Hanazawa – Renai Circulation (Bakemonogatari OP3)
  • 157ème : Aya Hirano, Emiri Katou, Kaori Fukuhara & Aya EndoMotteke! Sailor Fuku (Lucky Star OP)
  • 159ème : Azumi Inoue – Kimi wo Nosete (Le Château dans le Ciel ED)
  • 160ème : Lia – My soul, Your Beats! (Angel Beats OP)
  • 165ème : Toda Keiko – Cosmos ni Kimi to (Ideon ED)
  • 184ème : Bobbi – Honoo no Takaramono (Lupin III – Le château de Cagliostro OP)
  • 188ème : MISIA – Orphans no Namida (Gundam Iron-Blooded Orphans ED1)
  • 191ème : Chiaki IshikawaUninstall (Bokurano OP)
  • 192ème : Maaya Sakamoto – Yakusoku wa Iranai (Escaflowne OP)
  • 204ème : BRADIO – Flyers (Death Parade OP)
  • 205ème : Yoshiki Fukuyama – Makka na Chikai (Busô Renkin OP)
  • 220ème : kalafina – oblivious (Kara no Kyoukai 1 ED)
  • 222ème : Mai Yamane – The Real Folk Blues (Cowboy Bebop ED)
  • 243ème : Pornograffiti – THE DAY (My Here Academia OP)
  • 247ème : CODA – BLOODY STREAM (JoJo’s Bizarre Adventure (2012) OP2)
  • 249ème : Hironobu KageyamaCha-La Head-Cha-la (Dragon Ball Z OP1)
  • 253ème : Asian Kung-Fu Generation – Rewrite (Fullmetal Alchemist OP4)
  • 257ème : Chinatsu Akasaki & Mutsumi TamuraKill me no Baby! (Kill me Baby OP)
  • 259ème : Maaya Sakamoto – Kiseki no Umi (Lodoss OVA OP)
  • 268ème : FLOW – GO!!! (Naruto OP4)
  • 272ème : KOKIA – Tatta Hitotsu no Omoi (Gunslinger Girl – Il Teatrino OP)
  • 273ème : Keno – Ohayô (Hunter x Hunter (1999) OP1)
  • 288ème : Shuhei KitaIssei no Sei (Natsume Yûjinchô OP)

 

 

Et voilà ! Il serait insensé et infini de faire la liste des chansons que les occidentaux sont surpris de ne pas voir, là où ils sont des « classiques » chez nous (comme des OP de BleachNaruto, Cowboy Bebop, Serial Experiments Lain, pour n’en citer que quelques-uns au hasard). En plus d’une popularité différente, il y a plusieurs facteurs qui peuvent expliquer ces différentiels de popularité dans la culture des fans.

En premier lieu, il faut quand même se rendre compte que la musique d’un générique est plutôt considérée comme un produit au Japon, au même titre qu’un manga qui est adapté en anime. Les maisons de disques proposent en général une chanson qui servira de générique, et investissent de l’argent en attendant un retour (sous forme de ventes ou a minima de popularité pour l’artiste). Ainsi, les japonais vont pouvoir profiter de ce produit bien au-delà d’une série : il va être disponible très rapidement dans les karaokés, en single (avec bien souvent des packages collector) puis en album, et même avec des events ou concerts spéciaux, notamment à Tokyo. Le spectateur exposé à une chanson va ainsi l’être nettement plus qu’un de chez nous, et bien différemment. La considération de « meilleure anisong » dépasse alors celle du simple « générique », et c’est celle qui l’aura marqué sur un plan musical, mais qui aura eu le plus d’influence sur lui par le biais de l’artiste, du plaisir procuré à la chanter et à l’écouter en dehors de son anime d’origine. Par conséquent, ce sont soit des créneaux exposés soit des artistes déjà connus qui bénéficient du plus de promotion et de « facteur de suivi » par les fans, expliquant leur popularité… et leurs résultats dans ce classement.

En Occident, les fandoms d’artistes japonais existent évidemment aussi, mais ils ne peuvent pas être « aussi près » en tant que fans. En plus de cela, la relation des occidentaux avec l’animation est totalement différente : l’accès à l’animaion se fait très majoritairement par Internet, où l’on choisit une série par genre, et où tout est accessible avec globalement la même promotion « officielle » et de la même façon. Alors qu’au Japon, il y a une très, très grosse différence de reconnaissance entre un anime grand public (diffusé à des créneaux pour enfants, ou alors en soirée sur une chaîne publique) et le reste (principalement diffusé la nuit, et sur la câble : cela représente la majorité des animes regardés en Occident !). Un générique d’anime late-night peut ainsi devenir extrêmement populaire en Occident, mais pas du tout au Japon parce qu’il n’aura eu qu’une promotion assez faible là-bas avec un artiste peu connu. Exemple au hasard : pas mal d’occidentaux ont adoré le générique de Handa-kun et ses sonorités très metal inattendues, son punch, etc. Il totalise (sur son clip officiel) plus de 300 000 vues sur YouTube, majoritairement non-japonaises. Pourtant, au Japon, c’est un des génériques les moins vendus de l’année, avec environ 300 unités vendues au total. Et à l’inverse, les animes pour enfants ou les animes où les majors japonais ont placé des gros groupes d’idols (les Johnny’s, AKB et consort) se vendent par camions au Japon, et personne ou presque n’en parle chez nous parmi les spectateurs d’anime lambda, là où ce sont des figures de l’industrie (appréciées ou non) là-bas. D’où leur présence haute dans ce type de classements !

Cependant les grands classiques demeurent aussi, comme les génériques de Pokémon, Yamato, et dans une moindre mesure Haruhi et InuYasha. En plus d’être des piliers de karaoké, ils ont marqué des générations de spectateurs et ont peut-être même l’essor de ces séries, en tout cas d’un certain point de vue. Et ce n’est pas ceux qui dansent encore le Hare Hare Yukai ou chantent la VF de Pokémon par Jean-Marc Anthony Kabeya en convention qui me contrediront.

En bref, ce classement est une étude intéressante des groupes populaires du moment et des tubes cultes contemporains parmi les génériques d’animes. C’est une bonne piste pour expliquer le fonctionnement de l’industrie des anisongs, même si évident des vrais tubes cultes des années 70 et 80 le resteront, comme les montrent certains exemples du classement.

 


Best Anime 100

Votes enregistrés de début janvier à fin mars 2017.

Le classement des animes est lui plus intéressant, en ce qu’il retranscrit vraiment la popularité des séries et l’omniprésence/activité de leurs fans au Japon. On retrouve ainsi des séries en « plusieurs exemplaires », parfois même où l’activité de ces fans domine la présence officielle de la série. Et au-delà des groupes de fans, les succès critiques et commerciaux plus ou moins mesurés de chaque série ont agi comme facteur déterminant de leur classement. Se retrouvent en haut des séries très populaires, et la différence se fait sur l’appréciation par un public plus large ou non.

Si vous souhaitez connaître la place d’une série ou qu’il y a une incompréhension quelque part, n’hésitez pas à laisser un commentaire ici ou à poker sur Twitter, je serai ravi de vous répondre !

  1. Tiger & Bunny (2011)
  2. Tiger & Bunny: The Rising [Film] (2014)
  3. Puella Magi Madoka Magica (2011)
  4. Love Live! (2013)
  5. Love Live! 2 (2014)
  6. Tiger & Bunny: The Beginning [Film] (2012)
  7. Code Geass: Hangyaku no Lelouch (2006)
  8. Card Captor Sakura (1998)
  9. Love Live! The School Idol Movie (2015)
  10. Osomatsu-san (2015)
  11. Gintama (2006)
  12. Joker Game (2016)
  13. Legend of the Galactic Heroes (1988)
  14. Neon Genesis Evangelion (1995)
  15. Code Geass R2 (2008)
  16. Gochûmon wa Usagi desu ka? (2014)
  17. Mobile Suit Gundam (1979)
  18. Digimon Adventure (1999)
  19. Psycho-Pass (2012)
  20. Sword Art Online (2012)
  21. Clannad After Story (2008)
  22. Girls & Panzer (2008)
  23. Haikyû!! (2014)
  24. Detective Conan (1996)
  25. Hyôka (2012)
  26. Puella Magi Madoka Magica III : Rebellion [Film] (2013)
  27. FullMetal Alchemist Brotherhood (2009)
  28. Shingeki no Kyojin (2013)
  29. Uchû Senkan Yamato (1974)
  30. Revolutionary Girl Utena (1997)
  31. Bungô Stray Dogs (2016)
  32. Prince of Tennis (2001)
  33. Love Live! Sunshine!! (2016)
  34. Cowboy Bebop (1998)
  35. Steins;Gate (2011)
  36. Natsume Yûjinchô (2008)
  37. Fate/Stay night Unlimited Blade Works (2014)
  38. Hoshi no Ko Poron (1974)
  39. Conan, le fils du futur (1978)
  40. Gundam SEED (2002)
  41. K-On! (2009)
  42. La Mélancolie d’Haruhi Suzumiya (2006)
  43. Tengen Toppa Gurren Lagann (2007)
  44. Lupin III: Le Château de Cagliostro [Film] (1979)
  45. Bakemonogatari (2009)
  46. Ghost in the Shell: Stand Alone Complex (2002)
  47. Hibike! Euphonium (2015)
  48. Free! (2013)
  49. Girls & Panzer der Film (2015)
  50. Fate/Zero (2011)

 

 

Une bien belle liste. Il est facile de voir que les constats de la première liste s’appliquent globalement ici aussi ! Le top est composé de séries qu’on pourrait classifier en quelques catégories, se recoupant parfois :

  • Les séries (raisonnablement récentes) à fort fandom au Japon, qu’il soit typé « féminin » (Tiger & Bunny, Prince of Tennis, Haikyû, Osomatsu-san…) ou « masculin » (Love Live – encore que, si le fandom actif est majoritairement masculin, le public de la franchise est très équilibré sur ce plan -, Girls & Panzer, GochiUsa)
  • Les succès critiques et/ou populaires marquants des 10 ou 15 dernières années : HyoukaFate/Zero, Euphonium, Natsume, Psycho-Pass, Shingeki, SAO, etc. Dans le top 100, on retrouve aussi Mob Psycho, Mushishi, Kekkai Sensen, Tatami Galaxy, Dennou Coil ou Rakugo Shinjuu.
  • Des séries historiques cultes et inévitables, qui ont marqué l’histoire des médias japonais : Yamato, Gundam premier du nom, Poron (on y reviendra), Conan et plus récemment Evangelion, Bebop, Utena.

Il y a forcément quelques cas particuliers, comme le notable Clannad After Story, dont la renommée dépasse le fait qu’il s’agisse d’une deuxième saison ou Detective Conan, à l’origine shônen plutôt pour jeunes et dont un nouveau fandom est encore aujourd’hui très actif (féminin, mais pas que : des gens qui ont principalement grandi avec la série). Citons également Joker Game, série très récente au fandom (plutôt féminin) très actif, mais qui a bénéficié aussi d’un gros succès critique et d’une popularité des romans originaux. Beaucoup de gens en dehors de ces fans se sont donc portés également vers cette série. Ou encore Hetalia, série elle aussi réputée « pour fujoshis » au Japon, qui réussit l’exploit de classer sa… cinquième saison.

Comme pour les chansons, et cela peut paraître encore plus paradoxal, la qualité « absolue » de la série (si tant est que cela peut-être facilement défini) n’est pas le seul facteur qui entre en jeu. Les séries qui marquent et donc deviennent populaires vont être favorisées, particulièrement si leur franchise dépasse le monde de l’animation et a un marketing colossal, ou des personnages marquants au-delà de leurs simples apparitions. C’est aussi en cela que les franchises musicales à base d’idols fonctionnent très bien et pour tout le monde : beaucoup de personnages (= beaucoup d’identification et de « choix », mais aussi beaucoup de doubleurs !), beaucoup de marketing, du trans-média, des profils en général façonnés pour plaire, etc. Évidemment, cela ne veut pas dire que leurs fans sont des mous du bulbe qui ne voient pas la réalité en face ; certaines franchises marchent mieux que d’autre aussi parce qu’elles proposent des « produits » et œuvres de qualité (non, je ne rentrerai pas dans un débat pour définir le meilleur anime d’idols). Le meilleur exemple est Tiger & Bunny : si le fandom actif est très majoritairement féminin (voir plus bas dans cet article), c’est une série dont le marketing n’est plus vraiment d’actualité mais dont la production amateur est toujours très active (pensez aux doujins et aux fanarts). Elle a marqué son public avec différentes histoires et une galerie assez large de personnage, elle est encore assez récente pour rester dans les têtes et assez vieille pour avoir un statut de « culte » modéré : ce carrefour des bons points explique son classement, que peu de monde avait vu venir – surtout chez nous.

Les occidentaux seront évidemment surpris de ne pas voir dans ce classement la plupart des grosses séries fleuves avec lesquelles ils ont grandi, particulièrement des shônen. Il est même vraiment curieux de ne pas retrouver One Piece, pourtant toujours une institution au Japon et avec un public très large ! La série se classe 72ème, derrière FullMetal Alchemist et des séries comme Yu Yu Hakusho, Shirobako, The Idolm@ster, Mob Psycho et bien d’autres. Naruto apparait lui bien en dessous (Shippuden 218ème, l’originale 288ème), Bleach est 144ème et Fairy Tail est bien plus bas (343ème ex aequo avec… Hanasaku Iroha). L’anime le plus « populaire » au sens strict en occident d’après MyAnimeList, Death Note, n’est même pas classé (= pas dans les 400 premiers) ! Ces séries sont populaires mais n’ont pas tendance à rentrer dans les classements des « meilleurs » anime, car rares sont les succès critiques purs dans ces genres-ci. Ou alors ce sont des adaptations dont l’œuvre originale est déjà extrêmement populaire, et dont les japonais se fichent un peu de la version animée. Autres éléments qu’on serait en droit d’attendre, les Ghibli sont bien présents (mais un peu plus bas : Nausicaa et Le Chateau dans le Ciel sont dans le top 100, Totoro avec d’autres un peu plus bas), mais les films sont de manière générale assez éclipsés par les séries dans la liste. A croire qu’ils intéressent moins les fans d’anime de la première heure… On retrouve quand même aussi Akira et Your Name dans les 100 premiers, par exemple.

On retrouve aussi quelques séries pas tellement connues ou oubliées chez nous : Poron, Conan (même si réalisée par Miyazaki, donc avec une certaine estime). Plus bas, on retrouve aussi The Twelve Kingdoms devenu relativement obscur chez nous. Pareil pour Hetalia, institution pour « fujoshi » au Japon et moins connu ici. Evidemment, les mechas classiques des années 80 sont de la partie, peu connus à part chez les amateurs du genre chez nous. Je pense finalement que la plupart des séries « connues » chez nous se retrouvent majoritairement entre la 100ème et la 200ème place ! Voir un anime à ces places-là n’est donc pas une si grosse déception, surtout sur plusieurs milliers de séries disséminées à travers plusieurs décennies.

Si vous pensez que j’exagère sur les fandoms, particulièrement sur le clivage féminin/masculin, je vous rassure : avant d’aller au Japon, je n’y croyais pas trop non plus. Mais à force de voir le marketing et ceux qui y « succombent », et ce genre de classements de popularité, il apparait clairement parmi les fans d’anime (autant des séries que de leur environnement). Evidemment, avec le temps et les situations, j’ai aussi vu que ce n’était pas aussi polarisé : il y a des mecs qui apprécient Osomatsu-san, Hetalia ou Haikyuu au Japon, et des filles qui apprécient Girls und Panzer ou GochiUsa ; ces groupes sont juste moins visibles et représentatifs. A titre de synthèse, voici ici tous les classements sur une feuille unique (mélangé, hommes, femmes + comparatif avec MyAnimeList et Kitsu, autant en termes de notes que de popularité sur ceux-ci). J’y ai mis tous les animes apparaissant dans les 50 premiers des 3 classements du Best Anime 100 (et c’est déjà beaucoup). Evidemment, les résultats ne font pas jaser que chez nous : chez pas mal de Japonais un peu déconnectés de ces fandoms (soit des spectateurs lambda, soit des otakus un peu plus vocaux sur 2chan) sont un peu surpris, voire l’ont parfois mauvaise. Le fait qu’une série comme Tiger & Bunny, quand même relativement dans l’ombre même au Japon, rafle tout a beaucoup surpris et donc agacé (avec beaucoup de « Ah ? Ok pourquoi pas » aussi). Certains accusent carrément la NHK de tricherie, ou clashent frontalement le block votes des groupes de fans sur des œuvres en particulier. Mais comme je l’ai très justement lu sur 2ch même : « 萌豚vs腐豚の不毛な争い » (que je traduirais un peu librement par « les moe-fags VS les fujoshis, c’est un combat à jamais stérile »). Mon avis étant qu’avec des règles des pareilles et la pertinence de toute façon d’un tel classement, il est difficile de donner un vrai jugement de valeur. Ca me fait justement beaucoup penser aux classement musicaux de MTV et VH1…Mais si ça permet de faire une belle émission rétrospective sur l’animation et son état actuel, c’est pas plus mal.

Il serait bon de s’attarder un peu sur le cas de Poron, série de 1974 et doyenne de ce classement (notamment porté par les votes masculins), absolument inconnue chez nous (j’ai vérifié). En fait, la série est surtout devenue culte non pas parce qu’elle a marqué les générations par des rediffusions successives comme le pourrait l’être un très vieux classique télévisuel, mais plutôt comme un mème : c’est une série vue comme assez ridicule, très limitée narrativement comme techniquement, et tournée en dérision dans des MADs et parodies depuis maintenant 15 ans. La série n’a pas vraiment de scénario, ni de morale, ni même d’intérêt visuel (elle est même franchement moche, même pour l’époque). Ce statut de culte a forcément poussé certaines communautés d’otaku (par exemple sur 2ch, éminemment masculin) à voter pour lui. Pour l’anecdote, sachez que la musique de la série a été faite par… un français ! En fait, le compositeur Jean-Jacques Perrey a crée de nombreuses banques de son, et c’est ce que la série a réutilisé plutôt que de composer une bande-son qui coûterait bien plus cher. Par ailleurs, ce n’est pas la seule série dans ce cas dans le classement : d’autres séries de type mini-anime des années 70 comme celle-ci se retrouvent assez haut dans le classement, comme Gan & Gon ou Chargeman Ken. Un peu comme si, dans un classement des meilleurs dessins animés occidentaux de l’histoire, on y plaçait les bons vieux Spiderman et Superman des années 60.

En regardant les classements et les disparités, on remarque que les rares séries à faire « l’unanimité » selon le sexe, le site, la génération, etc. sont évidemment les vraies séries cultes dans le monde entier en général : Code Geass, Cowboy Bebop, Madoka, Sakura, SAO, Hyouka, Gundam SEED, Gurren Lagann, ou encore Ghost in the Shell et Fate/Zero pour en citer quelques-uns valides ici. Malgré tout, et ce malgré toutes les différences entre le fonctionnement des industries, les fossés sociétaux, les modes de diffusions différents, la plupart des séries vraiment appréciées le sont dans le monde entier. J’ai volontairement axé cet article sur les disparités pour bien faire prendre conscience que les fans japonais ne sont – évidemment – pas comme nous sur certains plans et que leur relation à un media qu’on pense connaître peut nous surprendre. Mais il ne faut pas oublier qu’en soi, les fans d’anime là-bas agissent comme nous : ils consomment de l’animation pour avoir un divertissement qui leur plait, et un bon anime sera une recette qui fonctionne au mieux et pour le plus de monde possible, là-bas comme ici.

Peut-être pas de la même façon, peut-être pas pour la même durée, mais toujours avec un souvenir historique. Et c’est peut-être la seule chose qui compte.

 

Peace.

 

 

 


Fanart de Tiger & Bunny par なべのふた.

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Le NHK Best Anime 100, résultats et décryptage

  1. Pingback: [10 ans] Quelle est l’oeuvre japonaise la plus sous-estimée ? – Néant Vert

Quelque chose à dire, redire, ou médire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s